Portrait Ensemble RESONEZ im Victoriahaus

O Amor Deus

Ensemble RESONEZ

Chants médiévaux d'amour spirituel issus de sources suisses avec une œuvre de commande d’Ulrike Mayer-Spohn

La Suisse dispose d’une riche collection de manuscrits médiévaux contenant des notations musicales. Ils sont en partie conservés dans leurs lieux d’origine, généralement des monastères, et certains sont même encore utilisés aujourd’hui par des communautés religieuses.

L’Ensemble RESONEZ consacre son nouveau programme aux témoignages helvétiques, tant de la musique médiévale que de la musique contemporaine. Des chants sacrés à une, deux ou trois voix seront interprétés a cappella par les chanteuses de l’ensemble, tandis que d’autres pièces monodiques seront jouées à la flûte à bec solo. Une commande musicale, écrite par la compositrice Ulrike Mayer-Spohn pour l’Ensemble RESONEZ, réunit les quatre musiciennes dans une œuvre commune intitulée « fER« , d’une durée d’environ 10 minutes.

Sanctus, ms. de la cathédrale de Lausanne

 

→ Autres Vidéos

 

L’amour en tant que source et finalité de la vie est au cœur de ce nouveau programme. La pièce d’ouverture, qui donne son titre au programme, est attribuée à Philippe le Chancelier, un grand penseur du début du 13e siècle qui enseigna à l’université de Paris et écrivit de nombreux poèmes et chants religieux. Son conduit « O Amor Deus Deitas » est consigné dans deux manuscrits aujourd’hui conservés à Bâle. Ce poème sert également de base textuelle à la composition de Mayer-Spohn « fER » qui, en guise de point culminant du concert, ramène les auditeurs au monde actuel.

Les autres sources musicales du programme sont la Basler Liederhandschrift, un manuscrit de l’abbaye cistercienne de la Maigrauge à Fribourg, un manuscrit de la chartreuse de Klingenthal, le Codex Engelberg et le manuscrit 383 de la bibliothèque de l’abbaye de Saint-Gall, rédigé au 13e siècle à la cathédrale de Lausanne.

La beauté particulière du répertoire grégorien sacré, à la fois profond, simple et plein de lumière, est idéalement mise en valeur dans les églises disposant d’une grande réverbération. En tenant compte de l’architecture du lieu, la diversité de ses possibilités acoustiques est exploitée, les interprètes jouant à différents endroits de l’église. Une création lumière spécialement conçue contribue à faire de l’expérience auditive un moment de ressource et de méditation. Ce programme invite à une plongée dans l’intime, dans le sensible, et aussi à une ouverture vers l’inconnu, qui se révèle pourtant surgir tout à proximité.

© Philippe Jaquet

 

→ Autres photos

Équipe artistique :

Ensemble RESONEZ :
Ann Allen, chant
Angélique Greuter, chant
Katarina Šter, chant
Ulrike Mayer-Spohn, flûtes à bec

Ulrike Mayer-Spohn, composition
Mark Searle, création lumière
Angélique Greuter, conception et direction artistique

Ensemble RESONEZ

L’Ensemble RESONEZ se produit depuis 2020 dans différentes formations et est spécialisé dans la musique médiévale. Alliant recherche sonore et créativité à un esprit de recherche rigoureux, les musiciennes savent rendre accessible à l’oreille contemporaine la musique des siècles précédents. Elles s’appuient dans leur travail sur des connaissances musicologiques et trascrivent elles-mêmes les manuscrits originaux. Elles font également intervenir dans leurs interprétations leurs propres personnalités artistiques et leurs autres expériences musicales. Le résultat est une musique médiévale vivante qui, pour les auditeurs d’aujourd’hui, est étonnamment belle, passionnante et entraînante.

Outre des représentations dans des églises romanes et gothiques (Kartäuserkirche de Bâle, Wehrkirche St. Arbogast à Muttenz, Collégiale de St. Ursanne, Dorfkirche Riehen, église romane de Kleinhöchstetten), l’ensemble a également joué dans la prestigeuse collection de textiles médiévaux de la Fondation Abegg dans le canton de Berne. En novembre 2022, l’ensemble a été invité au bird’s eye jazz club de Bâle dans le cadre d’une coopération entre le festival TEXTUR – Musique ancienne en combinaisons neuves et la série Spiegelungen.

Ulrike Mayer-Spohn

Composition d’une commande pour le programme O Amor Deus

fER, une commande d’Ars vivendi – Life as Art pour I’Ensemble RESONEZ, joue sur les variations d’intervalles issues de différents tempéraments historiques (systèmes d’intonation), en particulier les tierces aux intonations variables. Des sons à la limite de la rupture, une approche du son fragile et délicate sont au cœur de la pièce et thématisent les notions d’ombre, de bords et de fragments. Elles renvoient d’une part à des systèmes d’intervalles historiques et presque oubliés, et d’autre part, elles jettent un pont vers le micro-intervalle, qui fait l’objet d’une attention nouvelle et importante dans l’approche actuelle de notre propre histoire et des cultures musicales extra-européennes.

Ulrike Mayer-Spohn am Mischpult

© Javier Hagen

Curriculum-vitae

La compositrice et multi-instrumentiste Ulrike Mayer-Spohn se caractérise par une diversité exceptionnelle. Depuis 1999, elle travaille comme flûtiste à bec, violoniste, altiste ou viéliste dans des ensembles de musique ancienne spécialisés (Amsterdam Barok Compagnie, Collegium Musicum Stuttgart, La Chapelle Ancienne, La Morra et bien d’autres) et donne des concerts en Allemagne, en Chine, aux Pays-Bas, en France, en Espagne, en Italie et en Suisse. Dans le domaine de la musique contemporaine, elle collabore avec des compositeurs de premier plan dans le monde entier et joue chaque année plus de 20 créations qui lui sont dédiées, qu’elle a également enregistrées pour la radio ainsi que sur CD chez VDE Gallo.

Ses premières compositions remontent à 2007. Depuis, ses œuvres ont été créées par des formations renommées en Suisse, en France, en Grèce, en Italie, en Russie, en Australie, aux États-Unis et en Chine, et diffusées par la radio suisse ( Stuttgarter Vocalsolisten, Ensemble Phoenix Basel, Vertigo, DissonArt, UMS `n JIP et bien d’autres) sous la direction de Beat Furrer, Mark Foster, Tsung Yeh, Jürg Henneberger et Filippo Perocco.

Avec le compositeur et chanteur suisse Javier Hagen, elle forme le duo de musique nouvelle expérimentale UMS `n JIP pour voix, flûtes à bec et électronique, qui compte parmi les plus actifs au monde aux côtés de l’Ensemble Modern, de l’Intercontemporain et de Kronos. Il a remporté la prestigieuse bourse MusiquePro en 2011. Les domaines du théâtre musical (opéras de chambre One, Two, Three, Four, Five), de la musique électronique en direct et de la spatialisation sonore sont au cœur de ses recherches.

Ulrike Mayer-Spohn a été récompensée dans plusieurs concours internationaux de composition : 2e prix de Culturescapes 2010, 2e prix du concours de composition du Festival de musique de Berne 2011, Scholarship Award 2011 Music Village Mount Pelion Greece, Call for Scores Award L’Arsenale Treviso Italy 2011.

Journal du Rhône : « une œuvre minimaliste hautement expressive qui, dès sa première, a reçu des invitations internationales de festivals renommés en France et en Asie de l’Est ».
(One, Sion 1/09)

↓ PDF Dossier
↓ PDF Livret de programme